Bande à part

Portfolio Categories : COLLECTIF.

LES PAVILLONS DE DAURELLE / 18 LOGEMENTS INDIVIDUELS BBC +

Localisation : Montélimar

Maîtrise d’ouvrage : Drôme Aménagement Habitat

Début : 2014

Mission complète

Durée de chantier : 22 mois

Coût : 1 700 000  € H.T.

Surface : 1 600m²

 

SITUATION ET ORIENTATION

Les parcelles sont situées en première ceinture périphérique de Montélimar entre le centre historique et la zone commerciale Sud.

Quartier mixte de résidences individuelles de plain-pied et de logements collectifs en R+4 / R+5.

Le terrain support du projet d’une surface d’environ 5 000m² forme un triangle orienté Nord-est / Sud-ouest.

ÉTAT INITIAL DU TERRAIN ET DES ABORDS

 

L’accès au terrain s’effectue depuis le chemin de Daurelle, à l’extrémité Nord.

 

Une contrainte majeure : la présence de la voie ferrée Paris Marseille à 10 mètres de la limite Est, qui n’est équipée d’aucune protection sonore.

PROGRAMME

Les logements, destinés à du locatif social, sont tous de même typologie et accueillent un public de familles avec enfants.

Chaque maison d’environ 90m² est accompagnée d’un jardinet d’environ 40m² comprenant cellier extérieur  et terrasse.

De larges espaces communs, végétalisés, apporteront à l’ensemble construit des respirations et seront fédérateurs d’usages pour les habitants.

Depuis l’accès automobile, on trouve la progression suivante :

– Au Nord à la pointe de la parcelle, une zone de stationnement et un cheminement piéton

– Un grand axe de composition marqué par une place centrale axée Nord/Sud au revêtement minéral avec une terminaison au Sud très arborée

– En transversal, des venelles qui irriguent depuis la place centrale des « micro quartiers »

IMPLANTATION, ORGANISATION, COMPOSITION ET VOLUMES DES NOUVELLES CONSTRUCTIONS

Les dimensions généreuses de la parcelle, le type d’habitat groupé souhaité par la maitrise d’ouvrage et l’orientation Sud favorable permettent de proposer dix-huit logements tout en répondant aux qualités nécessaires d’ensoleillement, de confort d’usage, et d’intégration, sans perturber la morphologie générale du quartier.

La proposition d’implantation en plan masse est régie par une forme et une orientation de parcelle assez directive au regard des protections contre les nuisances urbaines (voie SNCF) et des objectifs de performances thermiques.

 

 

 

Adossé à chaque venelle, les groupes de logements, édifiés en R+1, « tournent le dos » aux espaces de stationnement et de circulation piétonne commune afin de s’ouvrir à l’inverse sur le Sud, les espaces extérieurs privés et les espaces végétaux.